La sociologie et l'éducation en France

L'école a pour finalité de produire des individus socialisés, à travers une « éducation morale » visant à former des acteurs adaptés à des conditions sociales données, et des individus autonomes, des citoyens capables de s'élever vers la culture de la « grande société » Telle est la compréhension d’Émile Durkheim de la sociologie de l'éducation considérée par beaucoup comme son fondateur.

La sociologie de l’éducation

Nous sommes dans les années 1960 en France. La sociologie de l'éducation s'est consacrée à l'explication puis à l'étude des liens (distance et tension) qui existent entre ce modèle et le fonctionnement de l'école. L'inégalité et les difficultés rencontrées dans l'enseignement scolaire sont les raisons qui ont poussé à la production sociologue dans le domaine de l'éducation.

Caractère social de l'éducation

D'abord, le but de l'éducation est  la  socialisation méthodique de la jeunesse. Autant que nous sommes, il existe en nous deux êtres. Le premier est notre vie personnelle. Autrement dit l'être individuel. Par contre, l'autre est un ensemble de sentiments, d'idée, d'habitude qui n'expriment pas qui nous sommes, mais plutôt nos fréquentations. C’est le cas des pratiques morales, les traditions professionnelles ou nationales, les diverses opinions. C'est cet ensemble qui forme l'être social. Alors le but de l'éducation en France et sans doute dans les autres pays du monde est de former cet être en chacun de nous.

Pouvoir de l'éducation sur les relations humaines

Maintenant que nous connaissons le but de l'éducation, il nous revient d'identifier son  effet sur les relations humaines. Pour certains la bonne éducation ne fait pas le bon caractère et le mauvais ne le détruit. Par contre, d'autres trouvent qu’elle est toute puissante.  D'abord toute solution proposée à un problème,  dépends de notre point de vue sur la nature,  l'importance des prédispositions innées. Ensuite, elle dépend de notre idée de la force des moyens d'action que disposé l'éducateur.